Rock : Zone libre frappe toujours aussi fort

Version imprimable de cet article Version imprimable


De Aimé Césaire aux périphéries urbaines, Zone libre frappe toujours aussi fort. Le guitariste Serge Teyssot-Gay et le batteur Cyril Bilbeaud, qui composent depuis 2005 le groupe de free-rock Zone libre, ont sorti fin 2017 deux nouveaux albums détonants  : Debout dans les cordages et Kit de survie en milieu hostile.

De Aimé Césaire aux périphéries urbaines, Zone libre frappe toujours aussi fort. Le guitariste Serge Teyssot-Gay et le batteur Cyril Bilbeaud, qui composent depuis 2005 le groupe de free-rock Zone libre, ont sorti fin 2017 deux nouveaux albums détonants  : Debout dans les cordages et Kit de survie en milieu hostile.

Pour Debout dans les cordages, Marc Nammour (rappeur montreuillois du groupe La Canaille), a rejoint Zone libre pour une lecture-concert de l’œuvre poétique. Cahier d’un retour au pays natal d’Aimé Césaire. Un texte poétique d’une quarantaine de pages publié pour la première fois en 1939. Écrit en vers libres et influencé par le surréalisme, c’est le point de départ du concept de négritude. Marc Nammour l’avait comme livre de chevet depuis quelques années. C’est lui qui a sélectionné certaines parties de l’œuvre. Toute la révolte et la «  colère créatrice  » de Césaire est transposée dans cette lecture totalement improvisée à chaque rendez-vous scénique du groupe. Une manière originale et complètement captivante de découvrir Césaire. Chacun de ses mots incisifs frappent et résonnent parfaitement avec les notes du guitariste et du batteur. Ecoute galvanisante.


Kit de survie en milieu hostile renoue lui avec la fusion rap/rock déjà expérimenté par Zone libre dans ses collaborations explosive avec Hamé du groupe La Rumeur sur L’Angle mort en 2009 ou Casey et B.James du collectif Anfalsh sur Les Contes du Chaos en 2011. Cette fois-ci avec une partie instrumentale bien plus présente grâce au renfort du cornettiste Médéric Collignon et du saxophoniste Akosh S. Au chant, toujours Marc Nammour mais aussi Mike Ladd, improvisateur et rappeur américain. Cette fois-ci, c’est de la banlieue dont il s’agit, plutôt de ce qui est à la périphérie, au sens large. Il reprend en fait une partie des titres de l’album Polyurbaine mais avec une nouvelle dose de jazz. Celles et ceux qui connaissent le rappeur de La Canaille retrouveront sa capacité à décrire des scènes du quotidien avec une impressionnante capacité à en transcrire l’ambiance. Comme dans le morceau Garde fou.

Deux albums à écouter donc, comme du bois à remettre dans l’âtre de notre révolte, aider à en cultiver la flamme. Pour mieux répondre à l’injonction de Césaire  : «  Et surtout mon corps aussi bien que mon âme, gardez-vous de vous croiser les bras en l’attitude stérile du spectateur, car la vie n’est pas un spectacle, car une mer de douleurs n’est pas un proscenium, car un homme qui crie n’est pas un ours qui danse.  »

Benjamin (AL Nantes)

  • Zone libre et Marc Nammour, Debout dans les cordages, 2017, 11,99 euros
 
☰ Accès rapide
Retour en haut