8 et 9 mai antifasciste : Front social contre l’extrême droite

Version imprimable de cet article Version imprimable


Le 9 mai, plusieurs défilés d’extrême droite ont lieu dans les quartiers bourgeois de la capitale. Parallèlement, un week-end antifasciste est organisé par plusieurs forces du mouvement social.

Cela fait maintenant sept ans que les antifascistes se mobilisent pour ne pas laisser la rue à l’extrême droite radicale qui chaque 9 mai commémore la mort d’un de ses militants en 1994. C’est pour elles et eux l’occasion de parader avec plus ou moins de succès en arborant des symboles fascistes au son de chants nazis et de slogans racistes. L’an dernier nous avions répondu avec l’organisation d’un week-end en hommage à la Résistance. Cette année, la mobilisation sera axée sur la nécessité d’une riposte sociale face à l’extrême droite.

Le maintien électoral du Front national, notamment dans des régions ouvrières frappées par les fermetures d’usines et les licenciements, l’activisme de groupuscules qui commettent des agressions contre des immigré-e-s et attaquent les initiatives du mouvement social, démontrent que l’extrême droite relève la tête et qu’il faut lui opposer un mouvement de masse. Alors que la crise économique frappe durement les classes populaires, il est évident que l’extrême droite entend prospérer sur le terrain social. De plus, elle ne peut être que légitimée par le racisme décomplexé dont font preuve nombre de politiciens et de chroniqueurs médiatiques et par la xénophobie d’État : débat sur l’identité nationale, chasse aux sans papiers etc.

SUD-Rail et la CGT-Continental réagissent

Il faut répondre à ces prétentions en démontrant que le Front national et les divers groupes de l’extrême droite radicale ont toujours été du côté du patronat et des gouvernements, contre les grèves et les mobilisations sociales, pour la casse des acquis sociaux, parfois en s’en prenant physiquement à celles et ceux qui luttent. Les politiques de division des classes populaires, entre « Français » et immigrés notamment, servent toujours les intérêts de la bourgeoisie.

C’est d’ailleurs pour réagir à l’utilisation d’images de conflits sociaux dans la vidéo d’appel à la manifestation fasciste du 9 mai, que la fédération syndicale Sud-Rail et la CGT-Continental Clairoix ont publié un communiqué commun pour dénoncer la prétention de l’extrême droite à se revendiquer des luttes ouvrières, et pour se joindre à la mobilisation antifasciste du 9 mai.

Clément G (AL Paris Sud)


<titre|titre=Au programme du week-end>

Meeting : Combattre l’extrême droite sur le terrain social : Pourquoi ? Comment ?

Le samedi 8 mai à 15 heures au Salon du livre libertaire, espace des Blancs-Manteaux, 48 rue Vieille-du-Temple à Paris, métro Hôtel-de-Ville.

avec

– Karim Chafi, acteur associatif de Chauny (Aisne) ;

– Didier Bernard, délégué syndical CGT et membre du comité de lutte Continental ;

– Un militant du mouvement social lyonnais.

Marche unitaire antifasciste le dimanche 9 mai à Paris à 14 heures au métro Belleville

Premiers signataires : Action antifasciste Paris-Banlieue (AFA), Alternative libertaire, Association des Marocains de France (AMF), Confédération national du travail (CNT-RP), Fédération anarchiste, Fédération eyndicale étudiante (FSE), Mouvement des quartiers pour la justice sociale (MQJS), Ras l’front Marne-la-Vallée (RLF-MLV), Scalp, SUD-étudiant, SUD-ISS Logistique & Production, United Tekno against Racism et Fascism...

 
☰ Accès rapide
Retour en haut