ACC : Fidèle Sarko

Version imprimable de cet article Version imprimable


Chaque mois, le mensuel Alternative libertaire reproduite l’édito de la revue alsacienne A Contre courant-> http://www.acontrecourant.org/, qui de son côté reproduit l’édito d’AL. Pour contacter ces camarades : ACC, BP 2123, 68060 Mulhouse Cedex

On peut reprocher bien des choses à Sarkozy mais certainement pas de manquer de suite dans les quelques idées qui orientent son action politique. Et ce en dépit de son style brouillon dû au caractère impulsif et hyperactif du personnage. Sa prestation télévisée de la fin janvier en a encore offert un nouvel exemple.

Venant après l’annonce de la dégradation par Standard and Poor’s de la dette publique et avant celle de son entrée officielle en campagne, ce show télévisé était destiné à démontrer qu’il restait à la maœuvre et que la situation ne lui échappait pas. Les deux annonces phares ont été la hausse du taux normal de la TVA et l’incitation à la conclusion d’« accords de compétitivité-emploi ». La première soi-disant pour allèger les cotisations sociales patronales et défendre ainsi la compétitivité internationale des entreprises françaises, la seconde pour sauver des emplois grâce à la flexibilisation des salaires et du temps de travail.

La continuité de ces mesures avec les fondamentaux de la politique sarkozyste se lit à tous les niveaux. Et d’abord dans le langage utilisé qui emprunte à la pure novlangue néolibérale. Ainsi le surcroît de TVA est-il baptisé « TVA sociale » alors qu fil s’agit d’une mesure essentiellement antisociale en tant qu’elle diminuera d’autant le pouvoir d’achat des couches populaires. Quant aux « accords de compétitivité », tout le monde aura compris qu’ils ne serviront qu’à démanteler ce qui reste du droit du travail en en affranchissant désormais les accords d’entreprise.

Ces mesures se situent donc dans le droit fil d’une politique qui n’a cessé de dégrader la situation des salariés et, plus largement, celle du pays. Avec un million de chômeurs et cinq cent milliards de dettes publiques supplémentaires, le quinquennat sarkozyste détient d’ores et déjà un record qui sera difficile à battre, mais que son détenteur entend visiblement parfaire au cours des prochaines semaines ou années de son exercice du pouvoir. Car les mesures annoncées, synonymes de contraction de la croissance économique, ne pourront qu’entraîner une nouvelle aggravation et du chômage et de la dette publique selon une spirale infernale dénoncée ici même à plusieurs reprises.

Et, logiquement, la continuité de cette politique désastreuse signifie la défense des intérêts les plus étroits des couches les plus riches et aisées de la population, bourgeoisie en tête. Pas question d’augmenter l’impôt sur les sociétés ni de supprimer l’exemption de prélévement social sur les heures supplémentaires pas plus que d’alourdir les tranches supérieures de l’impôt sur le revenu ou l’ISF : tous les cadeaux fiscaux consentis au fil du quinquennat, largement responsables de l’aggravation de la dette publique, ont été maintenus. Comme dans les salons du Fouquet’s et sur le yacht de Bolloré, le quinquennat s’achève en adressant des signaux forts de solidarité envers ceux qui les fréquentent.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut