Entretien

Charles Piaget (ex-Lip) : « Le conflit doit être l’occasion d’approfondir la démocratie »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Alternative Libertaire : Qu’est-ce que le film Les Lip, l’imagination au pouvoir a apporté de plus par rapport aux autres films déjà tourné sur cette grève, comme par exemple L’affaire Lip. Le goût du collectif (1976) de Dominique Dubosc ?

Charles Piaget : Le film de Dominique Dubosc a été tourné pendant la grève et il a filmé le début de la lutte, les premières assemblées générales. Ce film n’est pas complet étant donné qu’il fut tourné “ en direct ” pendant le conflit. Le dernier film, Lip l’imagination au pouvoir donne une plus grande vue d’ensemble et de compréhension sur le conflit.

L’exemple de Lip peut-il encore servir de modèle aujourd’hui, dans les luttes contre les délocalisations ?

Il ne peut pas y avoir de décalque d’une lutte sur une autre. Chaque conflit est unique. Par contre il peut y avoir des similitudes. D’après mon expérience, il y a trois étapes dans une lutte. Tout d’abord, le refus de la fatalité, pour Lip, c’était le refus de la fermeture, ce qui n’était pas acquis d’avance puisque la CGT de l’entreprise était dans l’optique de négocier un plan social. Dans un deuxième temps, il faut mener ce que l’on a appelé “la conquête intérieure”, c’est-à-dire convaincre les salarié-e-s de la nécessité de se battre. Ensuite il est nécessaire de ne pas s’enfermer sur son entreprise et d’ouvrir le conflit vers l’extérieur, vers la société civile. Par ailleurs, le conflit doit être l’occasion d’approfondir la démocratie, il est nécessaire de mettre en cause la primauté du syndicat vis-à-vis de l’AG, et de laisser place à l’imagination de tous les acteurs dans un conflit. Les gens en lutte évoluent, certaines personnes qui étaient jusque là en retrait s’affirme dans le conflit et deviennent des acteurs et des actrices incontournables de la grève.

L’idée de reprise en mains des entreprises par les salariés est-elle d’actualité ?

Oui, d’ailleurs l’exemple argentin à travers le film The Take de Naomi Klein en est la preuve, mais il est dommage que les salarié-e-s ne réagissent que lorsqu’ils sont dos au mur. Au cours d’un débat suite à la projection du film, des salarié-e-s licencié-e-s de Nestlé près de Marseille ont monté une Société coopérative ouvrière de production (Scop) et ont pu reprendre en main une partie de la production.

Tu avais été pressenti pour être le candidat du PSU “représentant les mouvements sociaux” à l’élection présidentielle de 1974. Quelle analyse fais-tu de la candidature de José Bové ?

J’ai été pressenti par l’aile gauche du PSU pour être le candidat des luttes sociales en 1974, mais à cette époque l’aile droite du parti a fait gagner la stratégie d’appeler au vote Mitterrand dès le premier tour. Je suis assez déçu vis-à-vis des collectifs antilibéraux qui représentaient un espoir. La division actuelle montre l’incapacité des différentes tendances à travailler ensemble.

Propos recueillis par Stéphanie (AL Rennes)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut