De SUD-Aérien

Dérive réac chez des syndicalistes de Roissy

Version imprimable de cet article Version imprimable


SUD-Aérien a réagi à l’affaire des « quenelles » qui a sali l’image de la CGT à l’aéroport de Roissy. Le syndicat renvoie Valls et Dieudonné dos à dos, assume son engagement antiraciste et propalestinien, et appelle le syndicalisme à résister à l’intrusion des « pires déchets des idéologies antisémites ».

Nous sommes à la fois effarés et attristés par ce que nous avons appris dans l’article de Libération de jeudi dernier.

Évidemment, certains se délectent de cette collusion CGT-Dieudonné. Et cela au moment où la direction d’Air France lance une nouvelle attaque pour supprimer, avec Transform 2015, des milliers d’emplois, personnels au sol et navigants.

Qu’un tel article apparaisse dans un tel contexte n’est certainement pas fortuit. Mais cela n’excuse en rien la responsabilité de dirigeants de la CGT Air France, qui se sont engouffrés dans les pires dérives de la vague Dieudonné.

Dieudonné n’est pas le symbole de la résistance des travailleurs et des opprimés : Sa quenelle n’est pas un geste antisystème : ceux qui l’imaginent comme tel se font lourdement leurrer !

Dieudonné, Alain Soral et Serge Ayoub représentent les éléments émergés d’une gangrène raciste, tout autant islamophobe qu’antisémite, homophobe, sexiste, réactionnaire et rattachés par mille liens au Front national.

Les salariés des plates-formes aéroportuaires continuent à subir, sous Valls comme sous Sarkozy, les retraits arbitraires de badges. Le gouvernement continue de couvrir les politiques de moins disant social pratiquées par Air France et Aéroports de Paris (ADP) vis-à-vis de la multitude de sociétés d’assistance présentes sur les plates-formes aéroportuaires. Les vols, d’Air France et d’autres compagnies aériennes, sont toujours le véhicule de politiques sécuritaires et xénophobes par l’expulsion chaque année de plus de 20 000 immigrés.

Que Manuel Valls, premier flic de France, ait voulu faire avancer sa carrière personnelle en prenant pour cible les spectacles de Dieudonné et en faisant reculer encore davantage les droits démocratiques dans ce pays ne rend pas Dieudonné et sa quenelle plus sympathiques.

Mais nous n’avons pas besoin, pour combattre les politiques de Hollande ou de Sarkozy, de prendre comme champion un ex-comique qui fait son business en se donnant un statut de représentant des opprimés. Sa prétendue opposition au système et à la politique de l’État d’Israël ne cache plus un antisémitisme puant et une collusion avec l’extrême droite et autres nazillons ; la même qui est responsable de la mort, l’année dernière, du militant antifasciste Clément Méric ; la même qui soutient la dictature sanglante de Bachar el Assad.

Le comportement des dirigeants de la CGT Air France manifestant leur soutien à Dieudonné et fiers de se faire photographier en faisant des quenelles est d’autant plus stupide et inacceptable qu’il rejaillit sur l’ensemble du syndicalisme.

Évidemment, la quenelle est un geste de provocation raciste, revendiqué comme tel par Dieudonné et toute la racaille d’extrême droite qui se pavane sur Internet. Le CE Exploitation dirigé par la CGT continue depuis longtemps, malgré de nombreuses protestations, de subventionner les billets des spectacles de Dieudonné. Ils ne sont malheureusement pas les seuls puisque le CE des navigants (SNPL, CGC, UNSA, FO) fait de même ! SUD-Aérien n’a jamais transigé avec le racisme et les comportements racistes, islamophobes et antisémites.

Nous étions au premier rang, en 2006, pour dénoncer les propos de Philippe de Villiers stigmatisant les salariés musulmans de Roissy. Nous étions au premier rang, en 2012, pour soutenir la mission d’Europalestine et s’insurger contre les interdictions d’embarquement pratiquées par Air France et imposées par la police israélienne et le gouvernement français.

Nous n’acceptons pas que ces causes soient confondues et salies en soutenant ceux qui, par des propos racistes, confondent pêle-mêle la solidarité avec le peuple palestinien et les pires déchets des idéologies antisémites.

Paray-Vieille-Poste, le 3 février 2014.

Le bureau national interprofessionnel SUD-Aérien

 
☰ Accès rapide
Retour en haut