Les brèves de février 2010

Version imprimable de cet article Version imprimable


Identité I

L’université du Havre a acté lors de son dernier conseil scientifique la création d’un objet de recherche intitulé « Identité nationale » alors même que son président Camille Galap, de concert avec le maire de la ville Antoine Rufenacht (UMP, proche du FN) organisait dans les locaux de la fac un de ces fumeux débats sur l’Identité nazionale. Quand on pense que les syndicalistes, gauchistes et autres ennemis de la nation indivisible s’inquiétaient du désengagement de l’Etat dans les facs !

Identité II

Selon le site Rebellyon, vendredi 22 janvier, le rassemblement contre le débat sur l’identité nationale a été attaqué par une trentaine de fachos. Alors que l’impressionnant dispositif policier laissait faire, les antifascistes ont mis les fachos en déroute. A ceci près qu’il y a eu trois blessés côté antifa dont une jambe cassée par les Identitaires qui hurlaient « La France aux Français » le bras tendu façon IIIe Reich. Enfin, rien d’étonnant à tout cela quand les fins de race sont mis à l’honneur !

Corruption

La direction de la SNCF tente de se faire des amis ! Ainsi, les militants syndicaux du chemin de fer se sont vus attribuer des primes allant de 0 à 7 % du brut annuel sur leur fiche de paie de fin d’année. Ce cadeau empoisonné n’est rien d’autre qu’une tentative de corruption afin de diviser les cheminots et les militants syndicaux. La CGT a remis à Pépy, président de la SNCF un chèque qui symbolise son refus de ces pratiques discriminatoires et d’autres syndicats s’apprêtent à faire de même.

Des murs et des camps

Depuis le premier janvier 2010, la Cimade, seule ONG autorisée à être présente dans les centres de rétention y est interdite de séjour sous prétexte de politique des marchés publiques et du droit à la concurrence. Triste anniversaire donc puisque l’État peut désormais dissimuler aux yeux de toutes et tous les violations des libertés et des droits qu’il fait subir aux plus précaires d’entre nous, les personnes sans papiers.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut