Les chroniques du travail aliéné : « Le repassage du Président… », Gwendoline, secrétaire.

Version imprimable de cet article Version imprimable


Les chroniques du travail aliéné, par Aline Torterat, médecin du travail Gwendoline, secrétaire, 55 ans [1]

Je suis une travailleuse handicapée par une maladie neurologique dite « orpheline ». J’ai 55 ans et la maladie gagne chaque jour du terrain. Je ne peux plus travailler à temps plein. Je me fatigue trop vite. De ce fait, je ne peux pas faire n’importe quoi. Il faut que je sois le plus possible assise et que je n’aie pas d’escaliers à monter et à descendre sans arrêt. Depuis une dizaine d’années je fais du secrétariat et de l’accueil téléphonique dans une association de service et d’aide aux personnes ayant des déficits physiques ou mentaux. C’est bien pour moi et en plus c’est de plein pied. Je fais trente heures par semaine en quatre jours, mais cela commence à être trop lourd. Je passe le week-end au lit, mon mari m’aide pour les tâches dans la maison. D’ailleurs je suis en train de monter un dossier de demande d’assistance à mon entretien domestique.

Maintenant, je suis dans l’embarras, car au travail, voilà qu’on m’ordonne de faire le repassage du Président. Il a 75 ans, vit seul et ne sait pas repasser. Il amène donc son linge au bureau pour que la personne qui fait le repassage des clients, dans le local prévu à cet effet et qui est sur le même site que le siège de l’association, fasse le sien. Mais, il trouve que je repasse mieux. En effet, il se trouve que je l’avais déjà dépanné pour cela ; on me faisait quitter le secrétariat pour repasser le linge de Mr le Président  ! J’avais arrêté parce qu’avant, on faisait cela à l’étage et je ne pouvais plus grimper en haut. Et voilà que ça recommence, on me demande à nouveau de lui faire tout son linge, ce qui représente environ deux heures à être debout, à piétiner, à serrer et à porter un fer à repasser qui me donne des douleurs importantes dans la main. Je crois que je vais refuser. Parce que, tout de même, sous prétexte qu’il est le Président, il ne paie pas le service, c’est l’association qui prend en charge par l’intermédiaire de mon salaire. A quoi je participe, tout de même ! Alors que je me prépare à me faire aider par une aide à domicile !

[1Seul le prénom est modifié, le reste est authentique.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut