Liberté pour Cesare Battisti

Version imprimable de cet article Version imprimable


Cesare Battisti, ancien militant des Prolétaires armés pour le communisme, a été arrêté au Brésil dimanche 18 mars, à quelques jours du départ de Nicolas Sarkozy de son poste de ministre de l’Intérieur.

C’est bien la police française qui est à l’origine de cette arrestation pour le compte de l’Etat italien. Cette collaboration entre les gouvernements français, brésilien et italien rend possible l’extradition de Cesare Battisti vers l’Italie.

Cesare Battisti a toujours nié les quatre meurtres dont il est accusé. Il a été jugé en son absence, sans pouvoir se défendre et condamné à perpétuité. Le procès a eu lieu en Italie dans le contexte des années de plomb, où les assassins d’extrême droite bénéficiaient de complicités dans l’appareil d’Etat et d’une impunité de la part de la justice, pendant que l’extrême gauche était en butte à une répression féroce. François Mitterrand avait accordé la protection aux militants italiens d’extrême gauche réfugiés après les années de plomb. En vertu de cet accueil Cesare Battisti menait sa vie professionnelle et familiale en France jusqu’à sa fuite en août 2004 après que la justice française ait autorisé son extradition vers l’Italie ou il est promis à l’incarcération. La candidate socialiste défend le principe de collaboration policière entre les Etats français et italien, il n’est donc pas question pour elle de reprendre la doctrine mise en œuvre par son ancien mentor. De la même manière, il y a peu de choses à attendre du gouvernement Prodi. Ce gouvernement de coalition du centre à la gauche poursuit la politique répressive et revancharde qui motivait le gouvernement Berlusconi lorsque le gouvernement français avait lancé la chasse à Battisti.

Nous réclamons la libération de Cesare Battisti, l’arrêt des poursuites contre lui et la fin définitive des menaces d’extradition à son égard comme à celui des autres militants italiens d’extrême gauche réfugiés en France.

Alternative libertaire, le 19 mars 2007

 
☰ Accès rapide
Retour en haut