Lire : Pouy, « Cinq bières deux rhums »

Version imprimable de cet article Version imprimable


C’est avec une certaine fébrilité que l’amateur ouvre cette récente livraison de la série. C’est qu’elle est signée Jean-Bernard Pouy. L’inventeur du Poulpe aura donc fini par produire un second opus. Grand amateur de bières devant Bakounine, Gabriel est chargé d’arpenter le Nord et la Belgique pour dénicher des cuvées dignes des tablées de son ami bistrotier. Évidemment, il va y rencontrer un cadavre démembré dans un tas de ferraille, puis un deuxième, décomposé dans un canal et bloquant une écluse. Le canevas et les codes de la série sont respectés. Pourtant il y a comme une torpeur dans cette enquête. Loin d’être « en chasse », le Poulpe laisse venir à lui les indices et suit une piste qui se déroule lentement au gré d’informations déterminantes lâchées comme par hasard. Ainsi les mobiles des crimes, tout comme les motivations de l’assassin, restent obscures. Mais tant la description de l’univers des mariniers que celle du petit monde du canal de l’Escaut composent de belles pages de littérature populaire. Il faut entrer dans ce Poulpe avec l’envie de retrouver un vieil ami, plus observateur que jamais du monde qui l’entoure. C’est finalement agréable. Et l’on referme le bouquin en se disant que c’est bien un autre Poulpe qu’a écrit Jean-Bernard Pouy, treize ans après La petite écuyère a cafté.

Théo Rival (AL Orléans)

  • Jean-Bernard Pouy, Cinq bières, deux rhums, Baleine, juin 2009, 166 pages, 6,17 euros.
 
☰ Accès rapide
Retour en haut