1936-1939 : Révolution et guerre d’Espagne : chronologie complète.

Version imprimable de cet article Version imprimable


17 juillet 1936 : pronunciamiento et soulèvement de l’armée du Maroc.

18 juillet : soulèvement d’une partie de l’armée dans la péninsule. Les phalangistes et les carlistes se joignent aux mutins. Le chef du gouvernement Casares Quiroga démissionne. Partout où l’armée s’empare du pouvoir, elle exécute massivement tous les membres des partis de gauche et des syndicats ouvriers.

19 juillet : la CNT appelle à la grève générale. Le gouvernement Martinez Barrio refuse d’armer le peuple et doit démissionner. A Barcelone le peuple écrase la révolte de l’armée après de sanglants combats. A Madrid des milliers de travailleurs occupent les rues, bloquant les militaires dans les casernes.

20 juillet : à Barcelone, création du comité central des milices qui comprend la CNT, la FAI, les communistes, les socialistes, le POUM, les catalinistes de gauche. Dans toute la Catalogne, les ouvriers, les employés collectivisent les entreprises, les transports, les commerces, les paysans se saisissent des terres. De nombreuses exécutions sommaires ont lieu. A Madrid, l’assaut est donné aux casernes et les mutins sont totalement défaits.

21 juillet : plénum des fédérations locales de la CNT à Barcelone. A l’exception de la fédération cantonale du Bajo Llobregat, toutes les fédérations s’opposent à la proposition de Garcia Oliver, membre du groupe "Nosotros" de « prendre tout le pouvoir » et décident de collaborer au comité central des milices.

22 juillet : le comité central des milices décide de confier à Durruti la mission de partir délivrer Saragosse.

23 juillet : réunion du groupe « Nosotros » où Garcia Oliver propose d’utiliser le déploiement des troupes de Durruti pour prendre d’assaut les sièges du pouvoir à Barcelone. Durruti s’y oppose, renvoyant la chose après la prise de Saragosse.

24 juillet : la colonne Durruti quitte Barcelone à 10h suivie de la colonne Sur-Ebro, avec Antonio Ortiz à sa tête.

25 juillet : départ de la colonne Ascaso. Première déclaration de non-intervention du gouvernement français après des entretiens Blum-Baldwin.

Août : le front se stabilise en Aragon, tout proche de Saragosse, et le restera durant 18 mois.

5 août : début de l’expédition républicaine à Majorque. Grâce à des avions fournis par l’Allemagne nazie, les troupes de Franco abordent la péninsule.

8 août : pacte de non-intervention signé par la France, l’Angleterre, l’URSS, l’Allemagne, l’Italie, le Portugal. L’Allemagne et l’Italie continueront à envoyer armes et troupes à Franco alors que seul le Mexique continuera à fournir des fusils et des munitions aux républicains.

10 août : prise de Mérida par les troupes nationalistes, malgré la contre-attaque des miliciens le lendemain.

14 août : prise de Badajoz par les légionnaires et les maures du colonel Yagüe, suite à de furieux combats, qui se poursuivirent dans la ville conquise par des exécutions sommaires de tous les miliciens rescapés.

Fin août : plénum des fédérations CNT de Catalogne. Nouveau débat sur la prise du pouvoir proposée par Garcia Oliver. La majorité s’y oppose et décide de collaborer avec la Généralité, suivant le point de vue de Santillan. arrivée d’Antonov-Ovseenko et de Marcel Rosenberg envoyés par Staline.

26 août : attaque d’Irun, au pays Basque, par les nationalistes. après plusieurs jours de combats, les basques républicains cèdent et la ville est prise.

2 septembre : assaut nationaliste contre Talavera de la Reina, où 10 000 républicains ne peuvent résister aux troupes nationalistes.

3 septembre : fin de l’expédition de Majorque. Grave échec.

4 septembre : Démission du gouvernement Giral et formation du gouvernement Caballero.

15 septembre : plénum national de la CNT à Madrid. proposition de créer un Conseil national de défense CNT et UGT.

16 septembre : assemblée en vue de la création d’un organe de coordination des 420 collectivités d’Aragon à Bujaraloz.

24-26 septembre : plénum des syndicats CNT de Barcelone qui approuve la décision d’entrée de la CNT à la Généralité de Catalogne ; décision gardée secrète jusqu’au 27 septembre.

27 septembre : formation du conseil de la Généralité dont 3 délégués de la CNT.

1er octobre : dissolution du comité central des milices. Nomination de Garcia Oliver comme secrétaire général à la défense.

6 octobre : plénum des syndicats CNT d’Aragon, avec la participation de représentants des colonnes. décision de créer un Conseil de défense d’Aragon. Les affaires militaires restant de la compétence de la Généralité.

8 octobre : 1er décret ordonnant la militarisation des milices.

10 octobre : décret de constitution de l’Armée Populaire. Largo Caballero est nommé chef suprême des armées.

18 octobre : début des discussion entre Caballero et Horacio Prieto de la CNT pour l’entrée de ministres anarchistes au gouvernement. La CNT demande 4 ministres, le droit de les choisir et l’envoi de Durruti à Madrid. Le soir un plénum national CNT approuve le principe.

19 octobre : Prieto se rend à Barcelone pour convaincre la CNT locale. Il rencontre Durruti qui refuse de se rendre à Madrid. Arrivée des premiers volontaires des brigades internationales à Albacete.

22 octobre : signature d’un pacte d’unité d’action entre anarchistes et communistes de Catalogne. les 2 mouvements s’engagent à renforcer le pouvoir de la Généralité et à liquider les « groupes incontrôlés ».

24 octobre : décret de la généralité visant à encadrer les collectivisations et à imposer la militarisation des milices.

25 octobre : le gouvernement espagnol livre 510 tonnes d’or à l’URSS. une fois l’or arrivé là-bas, début des livraisons d’armes aux unités communistes, aux brigades internationales, mais pas aux colonnes anarchistes ou Poumistes.

1er novembre : entrée en vigueur du décret de militarisation de la Généralité. Durruti signe un texte contre la militarisation.

4 novembre : entrée des anarchistes au gouvernement de Madrid, dont Garcia Oliver comme ministre de la justice.

6 novembre : le gouvernement se déplace à Valence ; Le général Miaja reste en charge de la défense de Madrid.

7 novembre : une résistance inattendue se déclare à Madrid. Les combattants qui ont fui au front se retrouve à Madrid et font face.

8 novembre : une colonne de 1000 miliciens anarchiste dont Cipriano Mera est le délégué politique arrive à Madrid, en provenance de Cuenca.

11 novembre : le conseil de défense de la Généralité convoque les chefs de colonnes à Barcelone. Durruti accepte de commander une colonne qui se porte au secours de Madrid.

12 novembre : entrée en ligne des Brigades Internationales à Madrid.

15 novembre : arrivée à Madrid de la colonne Durruti

18 novembre : plénum national des régionales CNT. Horacio Prieto est remplacé par Mariano Rodriguez Vasquez.

19 novembre : Durruti est gravement blessé.

20 novembre : mort de Durruti. Ricardo Sanz est nommé pour le remplacer à Madrid.

1er décembre : stabilisation des fronts.

12 décembre : démission de Andres Nin, ministre de la justice au sein de la Généralité de Catalogne, imposée par les communistes.

14 et 15 février 1937 : congrès régional CNT d’Aragon. création de la fédération régionale des collectivités en marge du conseil d’Aragon, considéré comme trop gouvernemental.

17 février : les carabiniers reprennent aux miliciens CNT le contrôle des frontières.

13 mars : victoire républicaine contre les italiens à Guadalajara.

24 avril : destitution du conseil de défense de Madrid.

3-7 mai : journées sanglantes à Barcelone. Les communistes et les forces de police affrontent les anarchistes et le POUM.

15 mai : démission de Largo Caballero.

17 mai : gouvernement Juan Negrin. exclusion des anarchistes du gouvernement. Dissolution du POUM.

19 juin : les anarchistes quittent le cabinet catalan.

11 août : dissolution du conseil d’Aragon. Assaut de la colonne Lister (communiste) sur les collectivités d’Aragon.

7 mars 1938 : offensive nationaliste en Aragon.

8 avril : retour de la CNT au gouvernement.

15 avril : les nationalistes atteignent la Méditerranée. l’Espagne républicaine est coupée en deux.

21 septembre : Negrin propose à la Société Des Nations le retrait de tous les étrangers combattant en Espagne.

Octobre : procès du POUM. 

15 novembre : les Brigades Internationales quittent officiellement l’Espagne.

26 janvier 1939 : chute de Barcelone

10 février : la Catalogne est totalement conquise par les nationalistes.

5-6 mars : constitution du Conseil de Défense à Madrid avec l’appui de la CNT.

1er avril : proclamation de la fin de la guerre par Franco.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut