Souscription : Solidarité avec les camarades antifascistes inculpés

Version imprimable de cet article Version imprimable


Les 13 et 14 septembre 2013 avait lieu un week-end de mobilisation antifasciste sur Paris (soirée de soutien à l’Action antifasciste Paris-Banlieue (Afa), défense de l’IVG à l’hôpital Tenon, vigilance face à une possible mobilisation de l’extrême droite en soutien à Esteban Morillo, meurtrier présumé de Clément Méric…). En fin d’après-midi, le samedi 14, 8 camarades ce sont fait interpellé-e-s (dont des membres de l’Afa, AL, CNT Toulouse, des antifas du stade). Quatre d’entre eux ont été relâchés au bout de 48 heures de garde à vue. Les quatre autres camarades ont vu leur détention prolongée. Ils ont été retenus 20 heures de plus au dépôt du palais de justice de l’Île de la Cité. Ces derniers sont appelés à comparaître devant le tribunal correctionnel de Paris. Ils sont inculpés de dégradation et violence commise en réunion sans incapacité.

Face à la haine et aux violences racistes des groupes d’extrême droite, la solidarité avec les antifascistes inculpés doit être unitaire et massive. C’est pourquoi nous appelons nos lecteurs et lectrices à transmettre leurs dons, qui serviront à payer les frais d’avocat des camarades inculpés,

à Alternative libertaire,

BP 295, 75921 Paris Cedex 19 (chèques à l’ordre de SIA, noter « Soutien antifacistes » au dos).


AGRESSION FASCISTE

Le vendredi 17 janvier à Clermont-Ferrand était organisé un concert en soutien au retour de deux étudiantes expulsées à la mi-novembre. Un groupe d’extrême droite s’est dirigé vers le lieu du concert et à tiré à plusieurs reprise au fusil de chasse, blessant légèrement deux personnes. Un militant du squat où se tenait le concert a été blessé à la main, à la nuque et au niveau de la tête. Une sympathisante de RESF a elle été touchée à l’arrière de la tête. Ils ont été rapidement conduits à l’hôpital par les pompiers. Les jours des camarades ne sont pas menacés. Le tireur affirmant avoir agi seul a écopé de deux ans de prison ferme. Cet événement reste néanmoins inquiétant des pratiques d’une extrême droite sûre de son fait qui n’hésite désormais plus à tirer devant témoins renouant ainsi avec ses vieilles pratiques. La nécessité de monter un front uni contre le fascisme se fait chaque jour plus pressant.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut