Vérité et justice pour Adama Traoré, le 5 novembre à Paris

Version imprimable de cet article Version imprimable


Trois mois après la mort d’Adama Traoré, la famille réclame encore et toujours justice et vérité pour qu’en plus du dépaysement qui vient d’être décidé, des mises en examens puissent être effectuées. Puisque sans justice, il n’y aura pas la paix, rendez-vous à Châtelet à 13h.

La justice est un droit auquel on ne peut prétendre sans se battre, les jours, les semaines et les mois passent mais on ne lâche rien.

Adama Traoré est tué par les agents de la gendarmerie de la ville de Beaumont. Lors de son interpellation, Adama est maintenu au sol, sans résister, sous le poid de trois gendarmes qui le menottent. Il se plaint à de nombreuses reprise de ne plus pouvoir respirer et perd connaissance dans le véhicule. Une fois à la gendarmerie, il sera laissé gisant au sol. Les pompiers n’auront pas pu le réanimer. De nombreuses zones d’ombres planent toujours sur les circonstances de sa mort. Mais c’est, sans aucun doute possible, les techniques d’interpellations, la clé d’étranglement, ayant déjà entraîné la mort, ici utilisées contre lui, qui l’auront tué.

Dès le début, le traitement judiciaire de la mort d’Adama Traoré aura connu des dysfonctionnements, utiles pour disculper les gendarmes et écarter toute responsabilité de l’institution. Le procureur Yves Jannier, n’a eu de cesse de mentir, obstruant toute contestation en occultant délibérément les éléments les plus importants permettant de comprendre la mort d’Adama. Ses efforts l’ont dernièrement conduit à la mutation mais nous ne pouvons pas nous satisfaire de cette décision. Le dépaysement de l’instruction à Paris doit nous mobiliser davantage. Nous exigeons la mise en examen des gendarmes et la vérité sur cette journée tragique. Nous pourrons alors faire notre deuil.


Manifestation du 5 novembre

  • 13h : Grande Marche pour Adama de Châtelet à République
  • 16h : Meeting à République avec prises de parole de familles de victimes, de militants contre les répressions et d’artistes en soutien.

La mort d’Adama s’ajoute à la longue liste des victimes des meurtres et des mutilations perpétrées par les forces de l’ordre. Cet été, de nombreuses manifestation en hommage à Adama ont eu lieu à travers la France. A l’occasion du dépaysement, et pour réclamer la mise en examen des gendarmes et une instruction des plus transparentes, nous appelons à une nouvelle manifestation à Paris. Nous espérons alors impulser une large mobilisation pour que cesse enfin l’impunité policière.

Association Justice pour Adama

 
☰ Accès rapide
Retour en haut