Antifascisme et antimilitarisme

Version imprimable de cet article Version imprimable


On pourra appeler à tous les sursauts « citoyens », « civiques », « républicains », ce n’est pas vraiment là que le combat antifasciste se joue. Les bons sentiments et « la république » sont insuffisants pour faire reculer l’extrême droite, car ils dénoncent les effets sans s’en prendre à la cause du phénomène : le capitalisme.

Front social contre Front national ! C’est la seule alternative : une dynamique qui recrée une solidarité entre travailleuses et travailleurs quelle que soit la couleur de leur peau, leur culture d’origine ou leur nationalité.

Mais la menace d’extrême droite appelle également des réponses spécifiques : contre-argumentation, opposition de rue, dénonciation des diverses théories du complot et contestation du militarisme et des ambitions impérialistes que l’État français continue de nourrir.


ANTIFASCISME


REFLEXes

Fondé en 1986, le Réseau d’étude, de formation et de lutte contre l’extrême-droite et la xénophobie (REFLEXes) se réclame de l’antifascisme radical – c’est-à-dire liant antifascisme et anticapitalisme. Un des sites les mieux informés et documentés sur l’extrême droite.


La Horde

Un site « méchamment antifasciste » qui relaie et participe aux initiatives de terrain, et met à disposition du matériel d’intervention.


Vigilance et initiatives syndicales antifascistes (Visa)

Structure intersyndicale, Visa propose des journées de formation aux équipes syndicales qui le souhaitent, pour décrypter le programme économique du FN et donner des clefs pour combattre l’extrême droite en entreprise.


Conspiracy Watch

Boulet de la critique sociale, anticapitalisme des imbéciles, le conspirationnisme est un business pour bon nombre de charlatans d’extrême droite. Conspiracy Watch démonte leurs élucubrations.


ANTIMILITARISME


Collectif des objectrices et objecteurs tarnais (COT)

Un des collectifs antimilitaristes les plus actifs de l’Hexagone, le COT se bat contre la militarisation de la société : accords Armée-Education nationale, salon de l’armement Eurosatory, etc.


Internationale des résistants à la guerre (IRG)

Fondée en 1921, l’Internationale des résistants à la guerre considère la guerre comme un crime contre l’humanité. Elle promeut l’action non violente.


Union pacifiste de France (UPF)

Née en 1961, section française de l’Internationale des résistants à la guerre, l’Union pacifiste milite pour le pacifisme intégral, le refus de toute armée et de toute guerre. Elle lutte contre tout militarisme, commerce d’armes, accords armée-école, essais nucléaires, et soutient les déserteurs.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut