Syrie-Kurdistan

Un communiste libertaire dans l’IFB #08 : le 8 mars au Rojava

Version imprimable de cet article Version imprimable


« Un convoi de 1000 femmes est en route pour le canton d’Afrîn afin de soutenir la population et notamment les femmes. »


Alternative libertaire reproduit les billets du blog Kurdistan-Autogestion-Révolution où, après Arthur Aberlin, engagé au sein des YPG, s’exprime à présent Damien Keller, engagé lui dans le Bataillon international de libération (IFB).

Au fil des semaines, il témoignera de la vie au sein de l’IFB, des débats qui s’y mènent et de l’évolution du processus révolutionnaire dans la Fédération démocratique de Syrie du Nord.


Canton de la Cizîrê, le 7 mars 2018

Les femmes des différents peuple composant le Rojava s’organisent pour la journée internationale des droits des femmes du 8 mars prochain. Dans ce cadre, il y a notamment deux actions qui sont en cours.

Il y a celle en lien avec l’actuelle résistance des peuples du canton d’Afrîn contre les djihadistes et l’armée turque : un convoi de 1000 femmes est en route pour le canton afin de soutenir la population et notamment les femmes.

Une camarade, Maria Couture, l’explique dans une interview.

Une marche des femmes d’Afrîn pour protester contre l’invasion turque, le 13 février.

Une seconde action est la création de la chaîne Jin TV La Télé des femmes »). Celle-ci a été annoncée par la fondation des femmes Newa. Cette chaîne est dédiée aux trois camarades assassinées à Paris : Sakîne, Leyla et Fidan. Elle a pour but de rendre visible le travail des femme dans tous les domaines de la vie, sur la base d’une diversité linguistique et culturelle.

Toutes ces actions ont lieu dans le cadre de la révolution du Rojava dont l’un des piliers est les droits des femmes, avec un engagement militaire de celles-ci dans la milice non-mixte, les YPJ.

Celle-ci est aujourd’hui engagée en première ligne dans la bataille pour la défense du canton d’Afrîn. Les camarades Avêsta Xabûr et Barîn Kobanê font partie de celles qui sont tombées en martyres, l’une d’elle s’est sacrifiée pour arrêter une colonne de chars tandis que la seconde a eu son corps mutilé par les pantins de l’État turc dont le projet fasciste et patriarcal est en opposition à celui porté par la révolution en cours au Rojava.

Jin, Jiyan, Azadî !

Damien Keller

 
☰ Accès rapide
Retour en haut