Religions : L’opium de Sarkozy, on n’en veut pas

Version imprimable de cet article Version imprimable


Religions L’opium de Sarkozy, on n’en veut pas

Dernière trouvaille du grand Manitou de la République pour nous faire enrager : se prosterner devant les marchands d’obscurantisme de tous poils. Et, comble du comble, vouloir leur offrir le pays en cadeau ! Mais nous défendrons la laïcité pied à pied.

« Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra remplacer le pasteur ou le curé, parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d’un engagement porté par l’espérance. »

Les dernières déclarations du président de la République sur les religions et la laïcité ne semblent avoir heurté que quelques vieilles et vieux laïcards attachés à nous restituer la bonne école de Jules Ferry ! Pas plus le curé que l’instituteur ne sont là pour transmettre des « valeurs ». Les « fous de Dieu » font massacrer autant de victimes que les fous de la République en ont envoyé au front en 1914 en utilisant les instituteurs pour farcir de patriotisme la tête des enfants.

Mais ce n’est pas la première fois que Sarkozy exprime son mépris de la laïcité et son désir d’utiliser la religion à des fins idéologiques. Le fond de la pensée du nouveau messie est à rechercher dans ses précédentes déclarations ainsi que dans son livre La République, les Religions, l’Espérance [1].

Dans cette bible, il nous invite à nous plier aux religions en les réintégrant dans la sphère du public. Ce serait la mort de la laïcité, et une véritable catastrophe. La laïcité est un bien précieux car, en faisant des convictions religieuses une affaire personnelle et non plus civique, elle instille dans les cerveaux le « poison du relativisme », pour reprendre une expression papiste, un poison qui détruit petit à petit les religions en minant leur prétention à l’Absolu.

Cette recherche d’un Absolu est l’essence des religions, et c’est l’essence du totalitarisme. Il ne faut donc jamais reculer face à leurs prétentions à cogérer la vie publique car elles n’auront de cesse tant qu’elles n’auront pas regagné le terrain perdu depuis le XIXe siècle. Si elles paraissaient inoffensives aujourd’hui, c’est que les religions sont relativement marginalisées dans une société très sécularisée. Mais qu’on baisse la garde, et on en voit le résultat : la vague d’obscurantisme qui déferle aujourd’hui sur les États-Unis. Un pays en train de revenir à l’âge de pierre de la pensée...et qui sert de modèle à Sarkozy !

De Rome à Riyad

Ce n’est pas un hasard si ce retour en force de la religion correspond à une offensive du capitalisme. On casse la Sécurité sociale pour la remplacer par la charité ; on attend des religions qu’elles assurent la « paix civile » notamment dans les banlieues en renforçant l’ordre et la soumission. La religion a toujours été l’« opium du peuple », son narcotique, elle a toujours soutenu le pouvoir en place.

De la part de Sarkozy, il ne s’agit pas d’un dérapage, mais bien d’une longue déconstruction de l’idéal laïque par inversion du sens quand il nous explique que la laïcité c’est le fanatisme, l’intolérance et la contrainte intellectuelle… et que la religion est tout le contraire !

Ce n’est pas la première fois qu’il franchit la ligne jaune. Rappelons-nous l’époque du frénétique ministre de l’Intérieur et tous les efforts qu’il déploya pour intégrer dans le Conseil français du culte musulman la frange la plus rétrograde de l’islam soutenue par l’Arabie saoudite. N’oublions pas sa complaisance à l’égard du scientologue Tom Cruise. Ou bien comment fut transformée la Mission interministérielle de lutte contre les sectes en Milvilades : Mission interministérielle de vigilance et de luttes contre les « dérives sectaires ». Plus récemment, sa rencontre avec le pape où il souligna les « racines chrétiennes de la France », la laïcité « épuisée » et « menacée par le fanatisme ». Que dire de ses propos récents à Riyad, la capitale saoudienne, où il a invoqué « Dieu qui n’asservit pas l’homme mais le libère », « Dieu qui est le rempart contre l’orgueil démesuré et la folie des hommes » ?

Pour le droit à une vraie laïcité

La laïcité, c’est la porte de l’émancipation, c’est la protection contre les prétentions totalitaires des religions. Nous devons la défendre et même contre-attaquer : pour l’abrogation du statut particulier de l’Alsace-Moselle et des Dom-Tom, véritables zones de non-droit au regard de la laïcité ; pour l’application complète de la loi de 1905 de séparation des Églises et de l’État ; pour l’intégration de tous les établissements scolaires confessionnels dans le service public et leur laïcisation ; pour une école qui libère de l’aliénation religieuse, patronale et patriarcale.

Éric (AL Le Puy)

[1Nicolas Sarkozy, La République, les Religions, l’Espérance, Cerf, 2004, 172 pages. L’espérance appartient typiquement à la rhétorique chrétienne

 
☰ Accès rapide
Retour en haut