À Contre Courant : Pour l’émancipation sociale !

Version imprimable de cet article Version imprimable


Chaque mois, le mensuel Alternative libertaire reproduit l’édito de la revue alsacienne À Contre Courant, qui de son côté reproduit l’édito d’AL. Pour contacter ces camarades : ACC, BP 2123, 68060 Mulhouse Cedex.


Ne plus se contenter de miettes !

L’Insee vient de confirmer ce que le spectacle des rues laisse deviner et ce que les associations caritatives ne cessent de proclamer : la pauvreté touche désormais près d’une personne sur sept en France. Elle s’étend au fur et à mesure que la crise économique perdure et s’aggrave, notamment sous l’effet des politiques d’austérité salariale et budgétaire. Cela n’empêche pas l’équipe Hollande-Ayrault de persister dans cette voie comme l’attestent deux décisions récentes en « faveur » des plus démunis : La mesure-phare de son soi-disant plan de « lutte contre la pauvreté » annoncée à grand renfort de trompettes médiatiques octroie généreusement une « revalorisation » du RSA de 10 % sur les cinq prochaines années. Sachant que cette prestation (y compris le forfait logement) « culmine » actuellement à 473 euros par mois, cela fera donc une augmentation de moins de 50 euros par mois sur cinq ans, soit moins de 10 euros par mois en plus chaque année. À peine de quoi se payer deux sandwichs ou un paquet et demi de clopes supplémentaires dans le mois !

Et, comme s’il s’agissait décidément de faire comprendre que l’amélioration du sort des couches populaires les moins bien loties n’est pas inscrite à l’agenda de « nos » gouvernants, ces derniers ont fait savoir urbi et orbi que la « revalorisation » du Smic au 1er janvier sera limitée aux 0,3 % que prévoit la loi. Ce qui représentera tout de même – excusez du peu ! – une augmentation du salaire mensuel net des quelque 3,5 millions de smicards de 3,4 euros par mois, de quoi se payer deux « petits noirs » supplémentaires au comptoir.

N’allez pas croire, cependant, que l’on ait affaire à des pingres. Pour d’autres catégories de la population, « nos » gouvernants savent se montrer plus généreux. Il aura suffi à quelques « pigeons » de roucouler de travers pour que la même fine équipe leur promette un adoucissement de leur régime fiscal. Et un rapport opportunément rendu par un « grand patron » appelant à un « choc de compétitivité » aura valu aux entreprises la promesse d’une baisse de cotisations sociales de l’ordre de 20 milliards d’euros sur les trois prochaines années. Soit entre huit et dix fois plus que ce que le gouvernement compte consacrer à sa « lutte contre la pauvreté » dans les cinq prochaines années. On ne saurait plus clairement afficher ses priorités.

Les choses resteront en l’état tant que salariés, chômeurs, (mal) assistés et autres personnes jetées sur le pavé continueront de se contenter des quelques miettes prélevées sur une galette à la production de laquelle ils prennent pourtant une part déterminante. Pour s’en payer une tranche plus importante, et, mieux encore, pour en changer la recette et la façon de la produire, il n’est qu’une voie : celle de la lutte, sur les lieux de production et dans la rue. Qu’attendent-ils pour l’emprunter comme le font déjà leurs semblables à Lisbonne, Madrid, Barcelone, Athènes, comme ailleurs encore dans le monde ?

 
☰ Accès rapide
Retour en haut