Lieux de résistance : Une barricade à Montpellier

Version imprimable de cet article Version imprimable


Le 22 novembre 2014, un local autogéré s’est ouvert à Montpellier : le Barricade. Celui-ci est l’aboutissement d’un projet de longue date, inspiré en partie par l’expérience de Mille Babords à Marseille. Il a pour objectif de créer un espace au service des luttes, mais aussi un lieu de diffusion des idées révolutionnaires et anticapitalistes.

Trois axes ont été mis en avant dans le projet du Barricade. Le premier est un volet culturel  : en période de crise, il est nécessaire de mettre à disposition des activités culturelles gratuites, afin de recréer du lien social là où il n’y en a plus. Concrètement, deux mois après l’ouverture, une AG d’animation est mise en place où divers ateliers sont proposés : jeux, ciné-club, art… En plus de ces ateliers, le local met à disposition de ses adhérents une buvette, ouverte en fin de semaine, ainsi qu’un coin presse.

Espace de soutien aux luttes

En plus de créer des espaces de solidarité populaire, le lieu se veut aussi un espace de soutien aux luttes. Ainsi depuis sa création, de nombreux collectif s’y réunissent : collectif des fraudeurs de transports en commun, de lutte contre la précarité, coordination Luttopia, assemblée générale étudiante hors les murs, assemblées contre la répression… Cela dit, le lieu ne se limite pas à prêter ses murs pour soutenir les luttes : des soirées sont aussi organisées pour soutenir des luttes comme par exemple contre la répression de la manif anti-Front National du 29 novembre à Lyon.

Enfin, comme le rappelle sa charte, le lieu est un espace de «  diffusion des pratiques révolutionnaires, anticapitalistes, internationalistes, autogestionnaire et de démocratie directe  ». Il a donc aussi comme objectif d’être un vecteur de diffusion des idées révolutionnaires. Cela se traduit aussi par la mise à disposition du public d’un coin info et documentation avec des publications critiques du capitalisme, mais aussi l’organisation de réunion publiques et de débats. Par ailleurs des militants d’Alternative libertaire font partie du collectif et contribuent à son animation.

Un pari risqué mais réussi

Le collectif qui gère les lieux fonctionne de manière autogestionnaire, suivant les règles de la démocratie directe, avec des mandats impératifs et révocables.

Prendre un local en centre-ville de Montpellier avec un loyer conséquent était un pari risqué en termes financiers, mais le succès du lieu depuis son ouverture, ainsi que le soutien qu’il a reçu de la part de nombreux militants et aussi de groupes (syndicats, groupes), ont permis de couvrir pour l’instant ses frais et surtout de reverser de l’argent en soutien à la répression, mais aussi de diverses luttes. La soirée d’ouverture a ainsi réuni plus de deux cents personnes, dépassant les attentes des membres du collectif.

Depuis, l’association qui gère le lieu compte plus de quatre cents adhérents, et le lieu vit bien, connaissant une forte fréquentation, que ce soit lors de moments informels, mais aussi lors d’événements politiques. Espérons que le lieu continue à se développer sur cette lancée et permette de combattre le capitalisme et la bourgeoisie de la manière la plus efficace possible !

Matthijs (AL Montpellier)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut