Théâtre : Candore, « Songe rouge »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Ce pourrait être le récit d’une cavale : un fugitif en proie à la peur et au délire raconte sa traque. Mais le tableau en cache un autre – ou plusieurs. Songe rouge est une plongée dans l’enchevêtrement du langage et du pouvoir ; jusqu’au « bord du monde », celui qui parle (cobaye hybride entre l’Homme et la Bête ?), « personnage » anonyme aux identités incertaines et à la mémoire reconstruite, va se perdre dans ce dédale organique. Son histoire elle-même se détruit dans une vaine tentative de récit, où se confondent communautés hérétiques et utopie libertaire, laboratoires de contrôle panoptique, forêts-refuges et sombres cachots. Car tout labyrinthe abrite ses pièges, ses portes secrètes ouvertes sur les monstres et les rêves. Songe rouge parle aussi, bien sûr, de révolution et d’anarchie, du doute, de l’humanité, de son désir de révolte et de soumission. Ecce homo !

  • Compagnie Vous êtes ici, Songe rouge, de et avec Marco Candore. Au théâtre de l’Épée de bois (Cartoucherie de Vincennes), samedi 3 novembre à 19h15, dimanche 4 novembre à 15h. Dans le cadre du festival Un automne à tisser : programmation complète et tarifs au 01 43 74 20 21 ou http://unautomneatisser.com
 
☰ Accès rapide
Retour en haut