Dossier religions : Extrême droite : La nouvelle croisade

Version imprimable de cet article Version imprimable


Pendant que le gouvernement pose la question de la compatibilité de l’islam avec la laïcité « à la française », l’extrême droite tente d’instrumentaliser une laïcité contre laquelle elle s’est toujours battue, au prix d’un retournement de sens spectaculaire.

Qu’est ce que la laïcité pour les fachos ? S’agit-il d’un concept républicain visant à séparer l’espace public de toute influence religieuse ? Nullement. Aujourd’hui, pour l’extrême droite, la « laïcité » permet d’attaquer une seule catégorie de croyants, les musulmans, identifiés par amalgame comme « non français ». Le concept de laïcité a l’avantage de bénéficier d’une connotation positive et d’éviter les marqueurs qui identifient habituellement les discours racistes. Grâce à cela, une pseudo-laïcité peut être brandie par les démagogues de droite, extrême ou non. Que ce soit le fait du gouvernement ou de groupes de nazillons, à travers la dénonciation des mosquées, de la fantasmatique « burqa » ou de la nourriture hallal, c’est toujours une religion particulière qui est stigmatisée, et non les systèmes religieux en tant que tels et en général. En racisant certaines règles religieuses, certains fachos « identitaires » en sont réduits à glorifier la charcuterie et la piquette, élevés au rang de symboles de la nation française, puisque absolument non musulmans.

Des contradictions éclatantes

Nullement antireligieuse, la novlangue xénophobe vise à assimiler le christianisme aux Lumières, à la tolérance et au progrès, tandis que l’islam incarnerait la réaction et l’obscurantisme. Avec une mauvaise foi consommée, cette extrême droite française, qui a toujours été autoritaire, machiste et homophobe, en arrive à dénoncer principalement dans l’islam... son caractère antiféministe et antidémocratique. Geerd Wilders, leader de l’extrême droite néerlandaise, va jusqu’à lui reprocher de ne pas tolérer l’homosexualité ! Le Coran est présenté comme un programme politique totalitaire, et l’islam comme un « nouveau fascisme ». Geerd Wilders compare le Coran à Mein Kampf.

La fausseté de la « laïcité » revendiquée par l’extrême droite éclate cependant au grand jour quand elle ne peut s’empêcher d’en revenir à son vieux tropisme catholique, « fondement de la nation française » pour développer son idéologie réactionnaire. C’est pourquoi des militants et militantes du FN militent contre l’avortement et prient ostensiblement dans la rue. De nombreux identitaires royalistes ont participé à la manifestation catholique à Avignon pour faire interdire une œuvre artistique jugée blasphématoire (Piss Christ). Et Vox populi a manifesté contre la Gay Pride de Tours le 21 mai... au nom des valeurs chrétiennes !

Il s’agit bien, en plein XXIe siècle, d’une nouvelle croisade : religion contre religion. Mais d’une croisade de l’intérieur. Grâce à un sacré tour de passe-passe, une extrême droite française qui a le catholicisme dans ses gènes brandit « la laïcité » contre ceux et celles qu’elle considère comme les Sarrasins du moment.

Romain (AL Marseille)


Cet article fait partie d’un dossier complet : "Religions, racismes et mouvements sociaux, y voir clair".


 
☰ Accès rapide
Retour en haut