Luttes : Universités sous tension ouvrage collectif

Version imprimable de cet article Version imprimable


La mobilisation de 2006 contre le CPE, qui reste aujourd’hui une lutte de référence pour les mouvements sociaux de la jeunesse et de la précarité, a déjà donné lieu à un certains nombre d’analyses, parfois publiées. Avec Universités sous tension, plusieurs militants et militantes de Sud-Étudiant ont voulu coordonner un ouvrage revenant sur des aspects parfois négligés de ce mouvement.

L’ouvrage que nous livre ce collectif d’auteurs, qui compte un certain nombre d’habitué-e-s de nos colonnes (Evelyne Perrin, Nicolas Pasadena...), est inhabituel à bien des égards. Par la jeunesse de nombre de ses auteurs d’abord. Mais aussi par sa capacité, presque tout du long, à danser entre les styles. Ni ouvrage scientifique à proprement parler, ni pamphlet militant, ni même retour romancé sur une lutte, Universités sous tension réussit ce tour de force de garder constamment le lecteur ou la lectrice à la charnière entre les différents domaines. Aux analyses de l’intérieur du mouvement social d’Annick Coupé, d’Aurélien Boudon ou d’Evelyne Perrin, succèdent des textes plus scientifiques comme celui de Tristan Renard. Et à l’intérieur même des textes, données scientifiques, éclairages pratiques et réflexions stratégiques se côtoient en permanence. Si l’on peut regretter parfois une centration un peu trop forte sur Sud-Étudiant, au détriment d’autres aspects de la lutte, certains textes, notamment sur la question des quartiers populaires, viennent rééquilibrer la lecture.

Par ailleurs, si c’est bien évidemment au rôle de la jeunesse qu’est dédié l’essentiel de l’analyse, le lecteur ou la lectrice ne restera pas sur sa faim quant à l’éclairage nécessaire sur « l’interpro » , pour reprendre une expression utilisée dans le texte de Tristan Renard. Le rôle de l’intersyndicale, sa relations avec les coordinations nationales étudiantes, ses rapports de forces internes, sont détaillés dans plusieurs contributions, et permettent aux auteurs d’éviter le piège du jeunisme.

On notera également tout l’intérêt des témoignages situés dans la dernière partie du livre, qui viennent rappeler toute l’importance du vécu des individus au cours du mouvement contre la Loi pour l’égalité des chances (LEC). Sans pour autant sombrer dans le romantisme militant, cette originalité apporte une touche de concret à l’ouvrage, qui sera particulièrement utile à celles et ceux qui n’ont pas vécu cette lutte de l’intérieur. Un ouvrage bien ficelé, essentiel pour saisir les enjeux du militantisme dans les mouvements de jeunesse et sur la précarité.

François Dalemer (AL Paris Sud)

Ouvrage collectif, Universités sous tension : Retours sur la mobilisation contre la loi pour l’égalité des chances et le CPE, Syllepse, 2011, 190 pages, 8 euros.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut