Mais au fait, pourquoi le 8 mars ?

Version imprimable de cet article Version imprimable


Commémoration d’un événement réellement survenu, ou mythe érigé en symbole ? Peu importe, c’est la force de l’inspiration qui compte et ce qu’elle entraîne de mobilisation !

C’est Clara Zetkin, socialiste allemande, qui proposa en 1910, lors de la 2ème Conférence internationale des femmes socialistes à Copenhague, la création d’une journée internationale des femmes. L’idée était dans un premier temps essentiellement de promouvoir le droit de vote des femmes mais également les luttes pour le travail des femmes et les droits des femmes en général. Elle s’inscrivait dans une perspective révolutionnaire. Clara Zetkin s’inspirait alors d’une initiative étatsunienne en faveur d’un Women’s Day dans les milieux socialistes, afin de stimuler la participation de ces derniers à la lutte pour le vote des femmes. En fait, la première « Journée internationale des femmes » a été célébrée le 3 mai 1908, à Chicago.

La proposition de Clara Zetkin fut adoptée par les représentantes des 17 pays présents et s’est imposée ensuite année après année dans le monde entier. Dès 1911, un million de femmes manifestent en Autriche-Hongrie, au Danemark, en Suisse, en Allemagne, en Suède, puis les années suivantes en France, aux Pays-Bas, en Russie et en Suède. Le 8 mars 1914, les femmes réclament le droit de vote en Allemagne.

Au début la date n’est pas fixe. Ce n’est qu’à partir de 1917, avec la grève des ouvrières de Saint-Pétersbourg qui marque le début de la révolution de février, que le 8 mars devient la journée de mobilisation pour les droits des femmes et le 8 mars 1921, Lénine la décrète officiellement Journée des femmes.

En 1924, la journée est célébrée en Chine et en 1946 dans les républiques populaires d’Europe de l’Est. Petit à petit, le mouvement de libération des femmes faisant son chemin, cette date sort de la sphère des régimes communistes pour se développer plus largement dans le monde. En 1977, les Nations unies l’officialisent comme « Journée des Nations unies pour les droits de la femme et la paix internationale », la France en 1982.

Les origines de la date sont controversées et il semble aujourd’hui établi qu’elle est due à une construction mythique et non à un événement historique précis.

Elle est en effet censée se référer à une grève des ouvrières du textile qui aurait eu lieu le 8 mars 1857 aux États-Unis. Mais les chercheuses n’ont jamais retrouvé la trace de cette grève précise. Ce qui est sûr, c’est que les ouvrières étatsuniennes du textile ont mené plusieurs luttes importantes à la fin du XIXe, début du XXe siècle.

Il est également certain que l’enjeu du 8 mars dans les années 1950, en pleine guerre froide, était d’imposer une journée de lutte pour les droits des femmes contre la Fête des mères, son pendant réactionnaire né à peu près au même moment.

On peut donc supposer que la date du 8 mars 1957 a été (re)sortie du chapeau par les féministes américaines pour montrer l’antériorité de cette journée par rapport à la fête des mères, l’ancrer dans le monde ouvrier et sur le sol étatsunien et peut-être même rendre hommage à Clara Zetkin puisque 1857 est son année de naissance !

Émilie (AL Saint-Denis)

  • Renée Côté, La Journée internationale des femmes ou les vrais faits et les vraies dates des mystérieuses origines du 8 mars jusqu’ici embrouillées, truquées, oubliées : la clef des énigmes, la vérité historique, Remue-ménage, Montréal, 1984.
 
☰ Accès rapide
Retour en haut