Edito : Qui sont les criminels ?

Version imprimable de cet article Version imprimable


Depuis des années, le décompte macabre devient habituel dans les médias : plus de 450 morts en Méditerranée dans la seule semaine du 6 avril, autant que dans les trois premiers mois de l’année ! Et maintenant plus de 700 victimes dans la seule journée du 19 avril. Cela fait déjà, en quatre mois, la moitié du record de 2014 (3419 morts).

Derrière ces chiffres, ce sont pourtant des personnes. Comment peut-on tolérer cela tranquillement ? Comment les gouvernants peuvent-ils rester passifs, alors qu’ils répètent machinalement des « plus jamais ça » à chaque commémoration de crimes de masses ? Tout simplement parce qu’ils sont loin d’être inactifs. Ils sont même particulièrement zélés lorsqu’il s’agit de mettre en place le système criminel qui est à l’origine de ces meurtres ! C’est le pillage systématique des ressources (y compris les fameuses « ressources humaines ») de l’Afrique qui maintient dans la misère des centaines de millions de personnes.

C’est encore leur politique anti-immigration qui oblige ces personnes à risquer leurs vies sur les routes et les mers, qui permet de surexploiter les survivants et survivantes et qui va jusqu’à criminaliser le soutien aux migrants tout en enrichissant les mafias qui vivent du passage de frontière. Leurs discours démagogiques renforcent ces politiques racistes et la division entre prolétaires. Le nom des criminels est connu. Il serait temps qu’ils assument leurs crimes !

La seule solution pour arrêter ce désastre, c’est la liberté de circulation.

Alternative Libertaire, le 1er mai 2015

 
☰ Accès rapide
Retour en haut