Encadré : Alternative libertaire s’oppose à l’industrie du nucléaire

Version imprimable de cet article Version imprimable


Nous nous battons contre le nucléaire à cause de sa dangerosité, mais aussi parce que le modèle énergétique du nucléaire est en complet désaccord avec le projet de société que nous défendons.

La sortie du nucléaire est donc aussi un outil pour remettre en cause l’ordre capitaliste, pourvu que le mouvement social ne se satisfasse pas de ce que les capitalistes entendent lui concéder dans le cadre du « capitalisme vert ». Car une baisse importante et rapide de la consommation énergétique impliquera des ruptures avec la logique productiviste et portera en elle-même une mutation de l’industrie et une remise en cause des fondements de la logique productiviste et capitaliste.

Le secteur des transports est le principal émetteur de gaz à effet de serres et cette proportion ne fait que s’accroître d’année en année, avec l’explosion des échanges liée à la mondialisation capitaliste. Il n’y aura pas de solution à la crise énergétique sans remise en cause de la division internationale du travail, relocalisation des productions et souveraineté économique des différentes régions du monde : bien sûr, il ne s’agit pas de prôner une logique d’autarcie, mais celle d’une capacité de développement autonome.

Cela implique une redéfinition :

- de la finalité de la production, organisée uniquement pour satisfaire les besoins de l’humanité ; de la meilleure utilisation possible des innovations technologiques, pour éliminer la plus grande partie de la pollution, de la généralisation du recyclage, de la production de biens matériels qui ne seront plus conçus pour tomber en panne après quelques années,

- du mode de transport (automobile, transport collectif, route, rail, aérien) ;

- de la place des emballages, de la publicité, ...

Au total nous visons une baisse drastique de la consommation de produits matériels et un enrichissement de la vie sociale et culturelle, un développement des relations sociales, de la culture, de l’art, de la connaissance… Et nous savons qu’un tel processus n’est pas concevable au sein d’une société inégalitaire, et qu’ainsi le combat écologique est inséparable d’un combat anticapitaliste.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut