Film : « Le Couvercle du soleil »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Cela fait cinq ans que la catastrophe de Fukushima a eu lieu, et déjà l’oubli. Éloignées les angoisses, éloignés les gros titres. À la Une maintenant, tout va bien, le monstre s’est ré-endormi. Tout est sous contrôle après Tchernobyl, Three Mile Island, les « cocottes minutes de la mort », les centrales nucléaires sont toujours là et la vapeur tourne à plein régime.

Les choix politiques et les décisions sont suicidaires pour l’humanité. D’après les autorités médicales au Japon, la moitié des jeunes de 18 ans (300.000) suivis dans la région de Fukushima présentent à l’analyse soit des cancers de la thyroïde, soit des nodules, soit des modifications génétiques irréversibles. Le même constat a déjà été fait par l’association Les enfants de Tchernobyl, car les cancers infantiles de la thyroïde sont particulièrement préoccupants. Sans compter le reste de la population, et tout ce qui fait la « vie ». C’est un crime que de perpétuer la mise en œuvre que représente le principe de la destruction atomique.

Alors, oui, il faut aller voir ce film courageux. Oui, il faut aller voir Le Couvercle du soleil, un film fiction qui retrace les décisions du pouvoir japonais de l’époque, le combat contre la société gérante Tokyo Electric Power Company (TEP-CO). Au moment où le gouvernement français essaye de vendre les EPR, au moins, au Japon, une grosse production cinématographique pose le problème du nucléaire au Japon comme ailleurs et à l’opposé de l’obscurantisme, en France, des CEA et consorts. Allez le voir, ça met de l’oxygène dans les têtes.

Claude (Ami d’AL)

  • Futoshi Sato, Le Couvercle du soleil, 2016, 2h12
 
☰ Accès rapide
Retour en haut