histoire

Une carte inédite de Petrograd en 1917

Version imprimable de cet article Version imprimable


Usines en lutte, régiments rouges, sièges d’organisations et lieux de pouvoir... une carte interactive de la capitale des tsars en pleine révolution, avec un éclairage particulier sur l’implantation anarchiste.

On trouvera ici l’emplacement des principaux lieux cités dans le dossier d’Alternative libertaire consacré à la Révolution russe —la datcha Dournovo, le palais de Tauride, l’institut Smolny, l’usine Rosenkrantz, la prison Kresty...

Mais on y découvrira également la répartition (non exhaustive) des usines et régiments rouges, loyalistes ou « neutres » en octobre 1917, des chiffres sur les effectifs, des photos.

N’hésitez pas à cliquer sur les icônes pour obtenir des explications, et à dézoomer pour voir la carte en entier.

Sources utilisées :

  • Atlas d’histoire du PCUS, 3e édition, Institut du marxisme-léninisme, Moscou, 1982 ;
  • Rex A. Wade, Red Guards and Workers’ Militias in the Russian Revolution, Stanford University Press, 1984 ;
  • Stephen A. Smith, Petrograd rouge. La révolution dans les usines (1917-1918), Les Nuits rouges, 2017.
  • Matériaux historiques, Istmat.info.

Réalisation : Guillaume Davranche et Pierre Chamechaude.

Si vous constatez des erreurs, des manques, contactez-nous !

Voir en plein écran

Quand éclate la révolution de février 1917, des groupes anarchistes sont actifs sur quelques grands sites industriels comme les chantiers de la Baltique, Trubochnyi, Metallicheskii, Rousski Renault et bien sûr Poutilov. Mais ils sont loin de pouvoir rivaliser avec les groupes bolcheviks, qui ont acquis la prépondérance depuis 1912.

Après la mutinerie de la majeure partie de la garnison, les anarchistes gagnent une audience auprès de deux régiments en particulier : le 1er Mitrailleurs, accouru d’Oranienbaum fin février pour défendre la révolution ; les marins de la flotte de la Baltique, cantonnés sur l’île-garnison de Cronstadt, qui le 1er mars 1917 ont passé par les armes une cinquantaine d’officiers de l’état-major qui avaient refusé de rallier la révolution.

Au sommaire du dossier :

 
☰ Accès rapide
Retour en haut